Question Saison - Retourner à la page d'accueil
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Qui sont les employeurs de saisonniers ?

Les employeurs de saisonniers

Les principaux employeurs de saisonniers sont :

  • la mairie, qui peut employer des contractuels dans de nombreux secteurs d'activité liés au tourisme ou à l'augmentation massive de la population : animation, petite enfance, collecte des déchets, police, gestion des espaces publics...
  • les remontées mécaniques et les domaines skiables, gérés par les mairies (régies municipales), par des SEM (Sociétés d'Economie Mixte, aux capitaux privés et publics) ou par des sociétés privées, qui emploient et forment du personnel qualifié souvent recruté localement : les saisonniers de ce secteur ont des conditions de travail intéressantes. Ils entrent en effet dans le champ d'une convention collective nationale qui s'est construite avec le temps, dans le cadre d'un dialogue paritaire de qualité, et qui contient de nombreuses avancées sociales (clause de priorité de réembauchage ou de reconduction des contrats d'une année sur l'autre, salaires, régime de prévoyance, ancienneté, formation...) ;
  • l'hôtellerie-restauration et les commerces de détail (supérettes, magasins de sport ou de souvenirs), qui forment un tissu dense de petites ou moyennes entreprises, la plupart du temps sans service des ressources humaines et souvent gérées de manière "familiale".
    Retrouvez les métiers du secteur de l'hôtellerie-restauration sur les sites www.lhotellerie-restauration.fr et www.metiers-hotel-resto.fr
  • les villages de vacances (combinant l'hébergement et un service d'animation), les tours-opérateurs (sociétés qui proposent des prestations "tout-compris" aux touristes) et chaînes hôtelières, qui sont de plus grosses entreprises et possèdent quant à eux un service de gestion des ressources humaines et développent souvent une véritable stratégie de recrutement et/ou de fidélisation du personnel saisonnier...
  • Chaque année en France, 800 000 saisonniers agricoles sont employés d'avril à octobre, avec une forte pointe l'été. Récoltes, accolages, ébougeonnages, désherbages, plantation, vendanges...le site de l'ANEFA vise à promouvoir les emplois et métiers de l'agricuture et propose notamment un onglet dédié au public saisonnier ainsi qu'une bourse de l'emploi en ligne.

Des conditions d'exercice particulières

Les entreprises employant des saisonniers sont souvent saisonnières !

En France, un hôtel sur cinq ouvre moins de 9 mois dans l'année, sur une ou plusieurs périodes. L'essentiel de ces établissements saisonniers se trouvent sur le littoral, à Lourdes, et en montagne. Leur durée moyenne d'ouverture est de 6 mois. Dans ces conditions, la saison touristique n'est pas simplement l'occasion d'augmenter son chiffre d'affaires, mais la condition même d'existence de l'entreprise.

Un rythme d'activité à la fois intense et aléatoire.

Si la date des vacances scolaires est connue à l'avance, les conditions climatiques (épaisseur de la neige en montagne, ensoleillement ailleurs...) ne le sont pas. Et les touristes réservent leurs séjours de plus en plus tard. La gestion des plannings peut donc virer au casse-tête...

 

De la proximité à la promiscuité ?

Il n'est pas rare que le personnel saisonnier loge sur place (surtout dans l'hôtellerie/restauration). L'isolement géographique de la station et le rythme de travail aidant, la frontière entre vie privée et professionnelle semble plus poreuse qu'ailleurs. La qualité des rapports entre l'employeur et ses salariés s'avère donc cruciale. Mais la pression subie par les uns et les autres, doublée souvent d'une réelle méconnaissance du droit du travail, ne simplifie pas les choses !

Des difficultés récurrentes de recrutement...

 

Pas facile de recruter des personnes qualifiées juste le temps d'une saison !

 

La distance géographique séparant souvent le candidat de son employeur représente un problème spécifique pour le recrutement. A cette difficulté s'ajoute des incertitudes sur la durée de la saison d'été et les besoins en main-d'oeuvre pour cette période, surtout en montagne ou dans des zones rurales. A noter également : la concurrence entre les établissements et/ou les destinations touristiques ne simplifient guère la tâche des recruteurs !


Pas facile non plus de devoir renouveler son personnel d'une année sur l'autre, voire d'une saison d'hiver à une saison d'été ! La plupart des employeurs saisonniers sont confrontés au problème de la fidélisation de leur personnel : comment s'assurer que le personnel recruté une année (et parfois formé) reviendra bien l'année suivante ? La question est d'autant plus cruciale que la plupart des salariés saisonniers n'effectuent pas plus de 2 ou 3 emplois saisonniers...

Pour les employeurs comme pour les salariés, c'est le bouche-à-oreille qui est plébiscité. Dans certaines entreprises, 100 % du personnel est recruté par le bouche-à-oreille. Et parfois, la connaissance mutuelle ou le fait de déjà résider sur place est le principal critère de sélection.

Ces difficultés de recrutement doivent tout de même être relativisées.

La plupart des métiers concernés par la saisonnalité des emplois sont des métiers "en tension", c'est-à-dire des métiers pour lesquels les entreprises évoquent des difficultés de recrutement ou un nombre insuffisant de candidats. D'après l'Unédic, les métiers les plus recherchés en 2008 sont liés à l'activité touristique (employés de l'hôtellerie, animateurs, cuisiniers, caissiers et employés de libre-service).

Pour ces postes, la moitié des intentions d'embauche concerne du personnel saisonnier, mais la proportion de recrutements jugés difficiles s'avère bien plus faible (36 %) que pour l'ensemble des métiers recensés (51 %), à l'exception notable des cuisiniers (68 %).